Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



La préservation de l’environnement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La préservation de l’environnement

Message  floraison le Ven 2 Avr - 8:12



La préservation de l’environnement

Du fait de son rang, l’homme a une responsabilité particulière envers la nature, qui est le reflet du divin. Certes, l’être humain occupe une position plus élevée que la nature, dont il a la capacité de découvrir les secrets, ce qui lui permet de maîtriser son environnement, mais cette capacité lui impose d’utiliser les pouvoirs dont il a été dotés à des fins positives.

Un texte de la Maison universelle de justice précise que « l’exercice approprié de cette responsabilité est la clé qui détermine si son génie inventif produit des résultats bénéfiques ou crée des ravages dans le monde matériel ».

Au XIXe siècle déjà, Bahá’u’lláh mettait les hommes en garde contre leur attitude à l’égard de notre planète : « … vous foulez ma terre avec complaisance et satisfaits de vous-mêmes, insouciants de ce qu’elle est lasse de vous et de ce que tout ce qu’elle renferme se dérobe à vous … »

‘Abdu’l-Bahá décrit la nature comme un « trésor illimité ». La nature est utilisée par l’homme qui, en cultivant la terre, en domestiquant l’animal, aide à son développement. L’importance de l’agriculture, et celle de la science, sont soulignées. Mais l’action de l’homme doit respecter une limite, qui est celle de la modération :

« En toute chose, la modération est nécessaire. Si une chose est faite avec excès, elle est source de mal… » Bahá’u’lláh

En outre, l’objectif de cette action doit être noble : « (…) toute action, quelle qu’elle soit, fût-elle l’instrument du plus grand bien de l’humanité, est susceptible d’être mal utilisée. Son bon ou son mauvais usage dépend des degrés variables de connaissance, de capacité, de foi, d’honnêteté, de dévouement et d’élévation d’esprit des dirigeants de l’opinion publique. » ‘Abdu’l-Bahá

Des écrits plus récents abordent la question de l’environnement de manière plus concrète. Shoghi Effendi parle en 1951 de « protection du monde physique » et d’ « héritage des générations futures ». Pour les bahá’is, les problèmes environnementaux ne pourront toutefois être résolus qu’à une échelle mondiale, dans le cadre d’une confédération réunissant toutes les nations.

Mais ces solutions globales seront aussi de nature spirituelle, protection de l’environnement et développement de l’individu étant intimement liés : « Nous avons besoin d’un changement de cœur, d’un nouveau cadre pour toutes nos conceptions et d’une nouvelle orientation pour nos activités. La vie intérieure de l’homme ainsi que son environnement extérieur doivent être remodelés si nous voulons assurer le salut de l’humanité. »

Le Forum International de l’Environnement

Le Forum International de l’Environnement (FIE) regroupe des experts en environnement de plus de 40 pays qui partagent leurs expériences diverses. On y explore la possibilité d’appliquer des principes spirituels à des questions pratiques de gestion de l’environnement. C’est une organisation « virtuelle » d’inspiration bahá’íe qui œuvre dans le domaine de l’environnement et du développement durable. Les échanges se font principalement sur Internet

http://www.bcca.org/ief/cmp/cmpfr.htm

et par l’organisation de conférences annuelles. Accrédité en 2002 au Sommet de Johannesburg sur le développement durable en qualité d’organisation scientifique et technologique, le FIE a été à l’origine de rencontres organisées parallèlement au Sommet sur divers thèmes : l’éducation au développement durable, l’accès des collectivités à la science et à la technologie, ainsi que les multiples facettes de la mondialisation.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum