Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



LA JOIE DANS L’ISLAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA JOIE DANS L’ISLAM

Message  floraison le Lun 23 Fév - 21:34

LA JOIE DANS L’ISLAM

Dr. Dalil BOUBAKEUR
Recteur de l’Institut Musulman
de la Mosquée de Paris

en voici la conclusion et à la fin je vous mets le lien pour lire tout ce précieux contenu qui nous éclaire sur nos amis musulmans

Floraison Like a Star @ heaven


...Ainsi, dans l’Islam, toute joie, tout plaisir, ou suprême ou modeste est avant tout vibration et résonance de l’âme à l’appel du Créateur, un peu à la manière d’Aghazoli qui la compare à un miroir interne qu’il faut s’efforcer de polir ; ou, dans un autre siècle, la vision de Victor Hugo qui ressent lui aussi que « tout souffle, tout rayon ou tout propice ou fatal fait reluire et vibrer son âme de cristal, son âme aux mille voix que le Dieu qu’il adore mit au centre de tout comme un écho sonore ».
Les grandes réjouissances musulmanes sont trop connues pour qu’il soit utile de s’étendre sur leur description. Disons que le Prophète et Envoyé de l’Islam (SAWS) les commandait à l’occasion des fêtes religieuses ou Aïds, car disait-il « à chaque Communauté sa joie et chaque Tradition le savoir de l’exprimer ». Cette sentence et de nombreux exemples de sa vie fondèrent et légalisèrent les manifestations joyeuses et communautaires ou familiales telles que les naissances, les mariages, la circoncision, les 2 Aïds, la 27ème Nuit du mois de Ramadhan symbolisant la fixation des destinées et commémorant la Révélation coranique « En vérité nous l’avons révélé en la Nuit de la Destinée... » ; la célébration annuelle de la naissance du Prophète (mawlid Nabawi) est une belle cérémonie religieuse. La piété populaire fait éclore nombre d’occasions de rassemblements ou fêtes communautaires ou villageoises : les fêtes votives à date fixe, tels les moussem, les visites pieuses ou Rakb et Ziara, pèlerinages divers de Lieux Saints, de visites organisées en Zerda (festins) autour d’un marabout, avec accompagnement de son joyeux de tambours, tambourins ou de flûtes de roseaux, de jeux et de danses. Ceci est particulier des confréries mystiques qui empruntent à ces procédés nombre de leurs rites, comme les derviches tourneurs et dont les évolutions symbolisent la danse des astres. D’autres jeux ou d’autres danses président aux Hadhras des Aïssaoua du Sud Marocain ou aux festivités du Sidi Bilal des Noirs en Afrique du Nord.
3
Dans tous ces cas ; invocations, prières et musique ont pour fonction de sensibiliser, puis d’élever peu à peu l’âme vers l’extase. Ainsi donc, et pour terminer, nous dirons que chacun peut trouver sa joie dans l’Islam et que chacun peut l’attendre comme une Promesse.
Faut-il une préparation spéciale à toute joie ? Cela nous paraît douteux t j’en veux pour illustration. L’appel de Gide à Nathanaël dans les Nourritures Terrestres : « Nathanaël ! ne cherche pas dans l’Avenir à retrouver jamais le passé. Saisis chaque instant de nouveauté irressemblable et ne prépare jamais tes joies, ou sache qu’en son lieu préparé te surprendra une joie autre. Que n’as-tu donc compris que tout bonheur est de rencontre, Nathanaël ! n’apprête aucune de tes joies ! »...
Dans l’Islam à fortiori, la joie s’accueille dans la pureté et l’innocence du coeur, dans l’humilité aussi. Ibn Hazm, dans « les colliers de la Colombe » (souvent traduit) rappelle : « Quiconque a aimé et est resté pur peut mourir en martyr... » Dans la discrétion également sont aimées les plus grandes joies, car c’est rapport vrai avec Dieu (TTIHAD) non chargé de calcul ni d’attente. Elle réside dans le don de soi à autrui, par la Tolérance, l’accueil et l’écoute. L’Hospitalité musulmane est une joie dénuée de toute attente de retour. « Fais le Bien et oublie-le » est un précepte de l’Islam. L’ostentation est contraire à cette éthique, et il est bon que le Saint soit sage et humble, car qui se croit Saint ne l’est déjà plus... Cette simplicité d’innocence se retrouve dans l’Evangile de Luc : « Quiconque ne recevra pas le Royaume de Dieu comme un enfant n’y entrera point... »
La joie dans l’innocence est un don de Dieu pour guider et baliser l’expérience de la vie humaine de Signes et de Lumières menant à la lumière.
« Lumière sur Lumière, Dieu dirige vers la Lumière qu’Il veut » (24). C’est ainsi que va l’Humanité ou qu’elle devrait aller ! Car au terme de son élévation intellectuelle, morale et spirituelle, c’est dans la Sainteté de l’Unité conquise qu’elle connaître sa vraie Joie, cette unité ultime sera le reflet de l’Unité divine, terme final en même temps que principe initial de l’Eternelle Histoire de l’homme avec Dieu.
INCHA ALLAH

voici le lien :

joie dans l 'Islam

bonne lecture à vous qui venez à cet instant poser vos yeux et reposer votre âme au sein de "tous les dharmas"

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA JOIE DANS L’ISLAM

Message  vladimir le Mar 24 Fév - 9:12

merci Floraison

en tant que musulmane
j'aime aussi le boudhisme
car je me sens tellement proche
le but est le même qui est l'amour
d'autrui et l'ouveture du coeur
encore merci

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum