Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



Prière bouddhique du Vénérable Thich Nhat Hanh.

Aller en bas

Prière bouddhique du Vénérable Thich Nhat Hanh.

Message  Alane le Dim 4 Avr - 10:23

Sans venir, sans partir.

Ce corps n'est pas moi.
Je ne suis pas limité par ce corps.
Je suis la vie infinie.
Je ne connais ni naissance, ni mort.

Regarde l'océan, le ciel et les millions d'étoiles,
Tout n'est que la manifestation sublime
De mon esprit véritable.
Depuis toujours,
Je suis libre.

La naissance et la mort ne sont que des portes
A travers lesquelles nous passons,
Des seuils, sacrés, sur notre chemin.
La naissance et la mort ne sont
Qu'un jeu de cache-cache.
Alors, rions ensemble,
Donne-moi la main,
C'est un simple au-revoir,
Car nous nous reverrons encore.

Aujourd'hui, nous nous sommes trouvés,
Demain, nous nous retrouverons.
Instant après instant nous nous rencontrons,
A la Source Ultime,
Nous ne cessons de nous rencontrer
Sous toutes les formes de la Vie.

(Thich Nhat Hanh - Le pouvoir de la prière)

Revenir en haut Aller en bas

Thich Nath Hanh..."Etre libre là où vous êtes"

Message  floraison le Mar 6 Avr - 19:14

Je tiens mon visage à deux mains
Non, je ne pleure pas
Je tiens mon visage à deux mains
Pour réchauffer ma solitude
Deux mains protégeant
Deux mains nourrissant
Deux mains empêchant mon âme
de me laisser en colère.


"C’est un poème sur la colère. La colère est une sorte d’énergie qui vous fait souffrir et qui fait souffrir les personnes autour de vous. En tant que moine, ma pratique est que quand je suis en colère, je dois prendre soin de ma colère. Vous ne devez pas laisser la colère vous détruire, vous faire souffrir. Il y a quelque chose que vous pouvez faire pour vous soulager en prenant soin de cette colère. Alors vous pourrez vivre avec beaucoup de joie."








Thich Nath Hanh et les "4 nobles vérités" - le bouddhisme -



Moine engagé pendant la guerre du Vietnam, le "thây" est l'un des initiateurs du bouddhisme zen en Occident.
Venus d'Europe et des Etats-Unis, ses adeptes suivent dans le Bordelais ses enseignements. Toute la journée, le village des Pruniers est rythmé par ce va-et-vient de

l'"inspire-expire" qui, cent fois renouvelé, permet d'accéder à l'état de Pleine Conscience.

Pleine Conscience de respirer, de marcher, de parler, de regarder, de manger, de sentir, de toucher.

Pleine Conscience d'être vivant parmi les autres vivants, hommes, femmes, animaux, végétaux. "Respire, tu es en vie", notent au mur des messages calligraphiés. En salle de méditation, devant une statue fleurie et illuminée du Bouddha, le pratiquant se tient le dos bien droit pour garder sa concentration, observer sa respiration, s'ouvrir aux énergies environnantes : "Le but n'est pas la performance physique, explique Daniel Millès. Il est de parvenir à la pleine conscience de ce que je suis, de ce que je fais et de ce qui m'entoure, mon voisin qui tousse, l'oiseau qui chante, le gravier qui crisse, l'arbre qui frémit."



Que cherchent-ils ces centaines d'Américains, Allemands, Néerlandais, Suisses, Français"Ecoute bien pour mieux aimer. Regarde bien pour mieux comprendre...", soulignent des affiches au mur tandis que, sur l'une des cloches, quatre mots sont gravés en anglais : listening (écouter), looking (regarder), understanding (comprendre), loving (aimer). qui, l'hiver comme l'été, bouddhistes, chrétiens ou non-croyants, remplissent les retraites du grand maître zen Thich Nhat Hanh ? Ils viennent souffler, respirer, méditer, "lâcher prise" dans ce microcosme - ou contre-société - de non-agression, de fraternité, d'écoute et de respect



En réunion de sangha (communauté), quand un "frère" veut parler, il joint les mains et, assis en position du lotus, s'incline. Quand il a fini, pas d'applaudissements ou de murmure approbateur ou désapprobateur : le public joint à son tour les mains et incline la tête en direction de l'intervenant. S'incliner, c'est reconnaître ce qui est beau en l'autre et sa capacité d'éveil




Sa vie ne fut pas un long fleuve tranquille. Il a connu la guerre, la solitude, l'exil. Ce grand maître contemporain du bouddhisme reste une figure historique dans son pays. Jeune, iI fut l'un des premiers à rompre avec le ritualisme importé de Chine, traduisant en langue populaire les textes sacrés et le corpus de la tradition, fondant un monastère au doux nom de Phuong Boi (Feuilles odorantes de palmier), des villages expérimentaux, des écoles d'entraînements à la Pleine Conscience.

Travail social, aide aux nécessiteux : Thich Nhat Hanh est aussi l'un des pères, au Vietnam, du mouvement du "bouddhisme engagé", dont les moines, pendant la guerre, claquaient la porte de leur monastère pour porter secours aux populations dans les villages bombardés, allant pour certains - images tragiques qui ont fait le tour du monde - jusqu'à s'arroser d'essence et s'immoler.

Thich Nhat Hanh milite alors pour la "troisième voie", s'attirant des ennemis tant à Saïgon, défendue par les Américains, que dans le Nord communiste.

En 1965, il fonde l'Ecole de la jeunesse et du service social (EJSS), qui va compter jusqu'à 10 000 membres, mais sera fermée à la libération de Saïgon. "Nous avons vaincu les Américains, nous n'avons pas besoin de vous", s'entend-il dire par les nouveaux maîtres du pays.


Il a connu la guerre, la solitude, l'exil. Ce grand maître contemporain du bouddhisme reste une figure historique dans son pays. Jeune, iI fut l'un des premiers à rompre avec le ritualisme importé de Chine, traduisant en langue populaire les textes sacrés et le corpus de la tradition, fondant un monastère au doux nom de Phuong Boi (Feuilles odorantes de palmier), des villages expérimentaux, des écoles d'entraînements à la Pleine Conscience.




Dès 1967, il commence des tournées aux Etats-Unis et en Europe, ce qui lui valut d'être proposé au jury du prix Nobel de la paix par Martin Luther King, le prophète noir assassiné.



Il débarque en France au début des années 1970 avec un statut de réfugié. Avec l'inséparable sœur Chân Không, il anime encore aujourd'hui des réseaux de soutien à des écoles, des dispensaires, des plantations de son pays. Et continue d'aller porter la bonne parole dans les pays d'Europe, à New York et jusqu'en Californie. Peace in every step (traduit en France en 1992) a été diffusé à un million d'exemplaires aux Etats-Unis ; en France, son Bouddha vivant, Jésus vivant (Lattès, 1996) a été un succès. En Allemagne, ses enseignements ont fait l'objet de quarante-deux ouvrages, vendus comme des petits pains.



(...)



Des nombreux ouvrages du moine vietnamien, citons en particulier, chez Albin Michel (collection "Spiritualités vivantes"), Changer l'avenir : pour une vie plus harmonieuse (1993) et La Vision profonde (1995), sorti en poche.




Notre joie ne peut survivre sans nourriture; notre tristesse non plus, notre désespoir non plus, rien ne peut survivre sans nourriture.

(Thich Nhat hanh)



Ne cherchez pas le passé, ne cherchez pas le futur; le passé est evanoui, le futur n'est pas encore advenu. Mais observez ici cet objet qui est maintenant.

(Bouddha)

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum