Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



France 5 décrypte le mystère de la disparition des abeilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

France 5 décrypte le mystère de la disparition des abeilles

Message  floraison le Dim 22 Mar - 21:02

France 5 décrypte le mystère de la disparition des abeilles






(Source : Rue 89)


Un thriller des champs. « La
disparition des abeilles, la fin d’un mystère », diffusé ce samedi sur
Arte, ne tient pas tout à fait ses promesses mais mène l’enquête sur un
phénomène environnemental très préoccupant.



L’alerte fut sonnée fin 2007. En Europe et aux
Etats-Unis, les abeilles mouraient par milliers et le syndrôme
d’effondrement des colonies ou CCD pour « colony collapse disorder »
devenait un terme familier jusqu’aux oreilles du grand public. (voir la
vidéo)


Une hécatombe qui fit grand bruit dans les médias et
dont Rue89 s’était fait l’écho. Déjà à l’époque, on soulignait les
difficultés à donner des chiffres de mortalité et surtout à en
déterminer les causes.


Dans un article alarmiste paru dans Le Monde et
intitulé « Un monde sans fruits ni légumes ? », Bernard Vaissière,
spécialiste de la pollinisation à l’Inra, rappelait la dépendance de
l’agriculture aux abeilles et prévenait des bouleversements
alimentaires qui résulteraient de leur disparition. Sans abeilles, pas
de fécondation des fleurs et donc pas de fruits.




Le tour des possibilités


Suivant cette démarche alarmiste, le film d’Arte nous
emmène sur les différentes pistes. Qui peut être responsable de la
disparition des abeilles ?


1. Le varroa, sorte de tic venu d’Asie, véhicule avec lui des virus pathogènes


2. Les insecticides et pesticides. Et là, les avis de
chercheurs sont particulièrement inquiétants car on ne peut connaître
tous les effets possibles des molécules avant leur mise sur le marché,
d’autant que les pesticides peuvent être toxiques à des doses
infinitésimales et contaminer les larves.


3. Les OGM, car le maïs génétiquement modifié produit
lui-même ses propres insecticides. Ce phénomène est d’autant plus
préoccupant que la recherche scientifique est de plus en plus financée
par l’industrie chimique et manque cruellement d’indépendance.


4. L’invasion de la monoculture et l’agriculture
intensive en général, puisque si les abeilles ne trouvent rien à
butiner, de fait elles s’éteignent.


5. Les ondes électro-magnétiques générées notamment par les antennes relais.


On ressort de ce film un peu affolé. « Si les abeilles
s’éteignent, elles peuvent sonner le glas de l’humanité », lâche la
voix off. Les images de nature et les rencontres avec les apiculteurs
interpellent et rafraichissent, on n’est pas certain d’avoir totalement
percé le mystère.


► « La disparition des abeilles, la fin d’un mystère »
un film de Natacha Calestrémé. Samedi 21 mars à 14h00 sur France 5.
Rediffusion le 14 avril à 16h30.


► Article et titre modifié le 21/03/2009 à 19h24 car le
film est diffusé sur France 5 et non sur Arte. Merci aux riverains qui
ont rectifié et pardon pour la fatigue de fin de semaine.

Revenir en haut Aller en bas

Requiem pour nos Abeilles Dominique Guillet

Message  floraison le Dim 18 Avr - 9:19

Pour Gunther Hauk, directeur du Centre Pfeiffer aux USA:
“En ce qui concerne cet étrange phénomène, dénommé
syndrome d’effondrement des colonies, au cours duquel
les abeilles quittent la maison et ne reviennent pas, je sou-
“Hélianthe”, la ruche solaire de Maurice Chaudière
Photo Dominique Guillet
“Hélianthe”, la ruche solaire de Maurice Chaudière
20
haiterais suggérer la ligne de réflexion suivante. Lorsque
le stress, les poisons, la nourriture frelatée, et des “pratiques
d’exploitation”, doublées d’un manque de respect
et de considération, atteignent un certain niveau, l’essence
spirituelle, cette composante de l’être qui maintient
l’intégrité de l’organisme, disparaît. Lorsque nous regardons
un animal, nous percevons son corps physique. Les
Amérindiens, encore clairvoyants, “percevaient” cette entité
spirituelle qui préside aux instincts vitaux de l’animal
en toute sagesse. Ils appelaient cette entité spirituelle le
“Grand Ours” ou le “Grand Bison”. Nous serions enclins
à penser que lorsque la “Grande Abeille” subit toutes ces
forces destructives, elle se détache de l’entité physique”.
Lorsque le centre spirituel de la ruche est ainsi affaibli,
l’abeille individuelle s’envole et ne revient plus. Parce
qu’elle n’a, en fait, nulle part où revenir. La “Grande
Abeille”, que l’on pourrait appeler l’âme-groupe, ne peut
pas maintenir l’intégrité de la colonie.” 87
C’est sans doute le message ultime des abeilles: elles se
détachent de l’humanité, elles s’en vont mourir en groupe.
Par dizaines de milliards, et elles ont même la décence de
ne pas encombrer de leurs cadavres leurs camps de concentrations.
Ultime délicatesse.
Elles transhument définitivement. Peut-être vers une autre
planète ou vers un autre cosmos? Ou peut-être vers une autre
humanité, plus respectueuse? Transhumance pouvant
être interprétée comme trans-humus, au-delà du terroir, ou
comme trans-humain, au delà de l’humanité.
.........................



http://www.liberterre.fr/agriculture/pollinisateurs/telechargementspollin/requiemabeilles.pdf




“Nous sommes, les abeilles et nous, dans le même bateau.
Si on s’appliquait à respecter leur intégrité sauvage, car
elles n’ont jamais été domestiquées mais seulement “exploitées”,
alors notre comportement lui-même en serait changé. A vivre au rythme des abeilles, c’est à dire au
rythme de la nature, on aurait quelque chance de se refaire
une santé”.
“Un autre enseignement issu de l'observation des abeilles
et qui me convaincrait, s'il en était besoin, de l'impérieuse
nécessité de protéger autour de nous la biodiversité, c'est
le regain d'énergie que l'on peut provoquer auprès d'une
ruche déficiente en la libérant du carcan auquel l'Apiculture
moderne l'avait astreinte. Dès que le couvain d'une ruche
s'avère irrégulier ou malade, si on délivre l'essaim de ses
cadres armés de cire gaufrée, de ses fils métalliques et
de son habitacle plus ou moins cubique et si on le remet
dans sa “condition de nature”, c'est à dire sans aucun de
ces artifices, en le laissant s'installer dans un abri de fortune
où il aura toute liberté de se constituer en grappe,
il aura retrouvé sa meilleure condition d'incubation. Or
l'incubation est la fonction essentielle de la ruche puisque
la colonie est tenue de couver son élevage pour assurer
le renouvellement permanent de sa population, chaque
abeille survivant peu de temps à sa propre tâche. Encore
faut-il que son environnement soit varié et indemne de tous
les produits toxiques dont on fait si souvent usage pour
donner à nos campagnes cette “propreté” qui fait parfois
notre fierté!” 86
Maurice a développé une forme d’apiculture qu’il appelle
“solaire”. 108 Il a créé des ruches en terre qui constituent le
parfait environnement pour les abeilles. Maurice est aussi
l’inventeur d’une ruche extensible, de plus en plus connue
en France, qui permet de traiter la varroase, de façon très
simple, et sans aucun produit naturel ou de synthèse. 89
“Les avantages de la ruche extensible sont nombreux: on
a éliminé les varroas, on a récolté de la gelée royale, on a
provoqué et contrôlé l'essaimage, on a renouvelé la moitié
des cires, on a procédé à un élevage naturel de reines, on
a conduit une ruche à deux reines, on a doublé le volume
du couvain et on a augmenté d'autant la récolte. De plus,
aucun produit toxique n'est entré dans la ruche.”




Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum